Sortie à l’Epine, le 30 juillet

Sortie à l’Epine, le 30 juillet

D’après le compte-rendu rédigé par Nadine.

Trois membre d’Albédo38 se sont rendus sur le site de l’Epine, dans le champ toujours aussi épineux, qui a nécessité entre autre de faire une taille sévère des chardons au sécateur.
Après installation tranquille, observation des taches solaires aux jumelles, puis dîner dans un vent du nord grandissant. La Voie Lactée se profile, le ciel semble de bonne qualité, et miracle, le vent faiblit ! Mais petite surprise , la moitié du ciel se transforme en spectacle nocturne, avec des balayages intempestifs de faisceaux laser (accompagnés du chant strident des criquets et d’un fond musical, pas très harmonieux tout cela) jusque vers 3h30. Les astronomes étant plus résistants que les fêtards, ils bénéficient d’1h30 de tranquillité jusqu’à 5h.
Galaxies dans la Grande Ourse, nébuleuses et amas dans le Scorpion et le Sagittaire, dialogue intense entre l’astrophotographe et son système d’acquisition. La deuxième partie de nuit a semblé légèrement voilée.
Quelques observations turbulentes de Jupiter et Saturne, même si à la bino, ces turbulences étaient beaucoup plus supportables ce qui a permis de glaner quelques détails des bandes des deux géantes et la Grande Tache Rouge de Jupiter au petit matin. Mars était gibbeuse et atteinte de bougeotte.
Quelques objets particulièrement beaux cette nuit-là : la nébuleuse du Croissant, Hélix, M51, M5, Nébuleuse de la boule de Crystal (NGC1514), Nébuleuse de l’Insecte (NGC6302) dans le Scorpion, les Dentelles du Cygne, M33, la galaxie M108 et la nébuleuse du hibou M97, l’amas ouvert M25 du Sagittaire. Et bien sûr, les classiques nébuleuses Dumbell, de la Lyre, Trifide, Aigle, et de nombreux petits amas globulaires.
Clap de fin de la soirée d’observation vers 5h, heure à laquelle le lever de Vénus sonne le repli sous les tentes : en bref, une belle nuit !


Tentes et instruments installés à l’Epine Crédits : Sylvain Girard

Voie lactée eau-dessus de l’Epine. Crédits : Sylvain Girard
Corinne Bérat